+33 6 68 45 02 25 emmanuelbrejon@gmail.com
Quand on est arrivés dans le Sud de la France, rapidement nous avons connu Aymeric et Jasmine. Difficile de passer à côté de ce couple donné à 100% qui a tellement de choses à nous apprendre. 
Cet après-midi de confinement, tout en respectant la distanciation sociale, c’est Jasmine qui répond à nos questions.

.

.

1. Hello Jasmine, peux-tu te présenter en quelques mots, ta situation familiale, qui tu es..? Et d’où tu viens, ton job ?

 J’ai 35 ans, je suis mariée avec Aymeric depuis 12 ans et nous avons 4 enfants. Jusqu’à 20 ans j’ai vécu en Bretagne, et ces 15 dernières années en France et à l’étranger.

Je suis ergothérapeute de formation, j’ai travaillé essentiellement en secteur de psychiatrie, auprès d’adolescents et de jeunes adultes avec lesquels j’ai pratiqué l’art thérapie.

Aujourd’hui je vis à Toulon. Avec mon mari, nous sommes au service du diocèse du Var depuis 3 ans. On habite avec nos enfants dans une résidence qui accueille des personnes en mal-logement, pour la plupart issues de la rue, qui vivent dans une grande précarité.

2. Peux-tu nous dire 2-3 mots à propos de ta foi pour que l’on te situe davantage ? 

J’ai grandi dans une famille catholique. J’ai été biberonnée à la foi si je puis dire ! J ai fait l’expérience de l’amour de Jésus pour moi, quand j’étais enfant, vers 5 ans. Cette relation a marqué ma croissance, de l’enfance jusqu’à l’âge adulte.

Ça ne m’a pas empêchée de m’égarer !

Quand j ai rencontré mon mari, j’ai eu tendance à délaisser l’amour de Dieu pour l’amour humain… Les premiers temps de notre relation tout était rose, tout était facile,  mais au fil du temps on a réalisé – malgré nous – qu’il pouvait être difficile de s’aimer. Notre relation s’est détériorée au fil des années et on est descendus très (très) bas. Pourtant, aux yeux du monde, notre vie était très réussie, très remplie aussi… mais intérieurement on était comme “fanés”.

C’est au fond de ce trou, rempli d’insatisfaction, de colère, de solitude, qu’on a fait en couple l’expérience de l’amour de Dieu. Son Amour avec un grand A est venu sauver notre petit amour humain. Et progressivement, nous avons pu reconstruire et déployer notre relation conjugale.

On a eu la chance de vivre cette conversion ensemble, alors qu’on se sentait plus bas que terre.

Depuis, on vit avec l’intime conviction d’avoir été sauvés et d’être aimés de Dieu, inconditionnellement. Notre engagement dans l’Église s’appuie sur cette joie profonde.

3. Merci pour ce témoignage… J’aimerais parler aussi avec toi de ton projet de vidéos Youtube pour les couples que tu mènes avec Aymeric. Peux-tu nous présenter ce projet rapidement ?

Au début du confinement on a lancé, dans le cadre de la pastorale familiale du diocèse, une série au titre un peu provocateur : “Le confinement une chance pour le couple ?”

Chaque semaine on tourne un épisode pour accompagner les couples à vivre au mieux cette période qui peut être difficile pour leur relation. Ces vidéos proposent des pistes de réflexion et d’action pour améliorer la qualité de la relation conjugale, en situation de confinement mais pas seulement !

Nous voudrions encourager les couples à prendre soin de leur relation, car ce n’est pas l’intensité de notre amour mais la qualité de notre relation qui nous permet de durer.

4. Waw ! C’est top. Comment l’idée vous est-elle venue ?

De notre expérience de vie. Il y a quelques années on a vécu une forme de confinement. C’est d’ailleurs en étant confinés qu’on a pris conscience du délabrement de notre relation.

5. Oui,  j’ai entendu votre témoignage à ce sujet dans votre première vidéo !

Cette période a été très éprouvante pour nous. Comme beaucoup de couples actuellement, on s’est retrouvé 24h/24 ensemble, avec deux de nos enfants, alors très jeunes.

On s’est rendu compte qu’on ne savait pas vivre ensemble. On a pris conscience que dans le tourbillon de la vie, on avait oublié notre couple. On avait vécu l’amour en propriétaires, comme s’il était acquis et comme si nous étions la source de cet amour.

Quand le confinement à été annoncé le 12 mars, on a tous les deux eu l’idée de partager ce qui nous a aidés à sortir la tête de l’eau dans le chaos de notre premier confinement et surtout le chaos que le confinement peut provoquer dans la relation.

On avait le désir de pouvoir soutenir des couples en galère, afin qu’ils sachent que les difficultés font partie de la vie conjugale, d’autant plus en période de crise comme aujourd’hui. On voulait aussi partager que les difficultés ne sont pas seulement des obstacles, elles peuvent aussi être des opportunités.

On ne sait pas vraiment ce qui se passera dans nos quotidiens après le confinement, l’avenir est incertain, on n’a aucune maîtrise sur ce qui adviendra. Une certitude cependant est que nos relations perdureront. Nous en sommes les acteurs ! Dès aujourd’hui on peut agir sur elles et les améliorer.

Nous n’avons pas l’ambition de pouvoir rejoindre ou aider tous les couples, mais si cela peut donner un coup de pouce ou de l’élan à certains, alors tant mieux !

6. Ok, et pourquoi la vidéo ?

La vidéo s’est avérée être le meilleur moyen pour rejoindre les couples confinés. Techniquement, la prise d’image n’est pas très compliquée.  On a tous chez nous du matériel pour se filmer (téléphone ou appareil photo). Pour le son, il y a des applis sur téléphone qui permettent d’améliorer la qualité audio.

Après dans la pratique, en ce qui nous concerne, on est non seulement des débutants mais aussi des amateurs. Ça nous demande un sacré lâcher-prise pour nous lancer et durer ! Notre grande chance est de pouvoir compter sur un ami pour le montage, Aquilas Productions, aussi engagés dans le diocèse.

Pour diffuser ces vidéos, on a naturellement pensé à Youtube. La pastorale familiale du diocèse du Var a donc créé sa chaîne : “Mission Familles”. C’est relativement simple, avec une approche didactique (en tous les cas pour les fonctions de bases). Créer une chaîne Youtube permet de former une communauté, et de fidéliser des auditeurs, qui peuvent “s’abonner”. Ca permet aussi d’être référencé, sur les moteurs de recherche. Et en plus c’est gratuit !

Pour partager ces vidéos, les réseaux sociaux, et principalement Facebook, sont les vecteurs qui nous ont paru les plus appropriés.

7. Merci ! Je pense qu’en effet vous avez vraiment choisi un bon format. Un rêve à nous partager, d’autres projets à venir ?

Notre rêve à tous les deux est de continuer à travailler dans la vigne du Seigneur, et d’avoir un discernement suffisamment éclairé pour déceler Sa volonté !

Des projets… on en a plusieurs !

Pour rester dans le thème du couple…

L’année dernière nous avons créé et lancé avec un ami prêtre un parcours pour les couples qui s’appelle Vivre d’Amour. Nous nous apprêtons à lancer la 3ème édition (si la situation sanitaire le permet).

 

D’autres diocèses sont intéressés par ce parcours, notre projet est donc le déployer dans d’autres villes, avec la grâce de Dieu ! Nous avons besoin d’un site internet pour le faire connaître. Actuellement, nous n’avons aucun budget donc nous avons opté pour un site gratuit sur la plateforme WIX, cela nous dépanne. Si le parcours se développe, nous envisagerons de le faire faire par un professionnel.

8. On vous souhaite vraiment que cela fonctionne ! Le mot de la fin ?

Merci Seigneur Jésus pour ce cadeau de la vie, Merci pour l’amour que tu mets dans nos cœurs. Donne à chacun la grâce de Te découvrir, pour nous-même et pour ceux qui nous entourent.

Et merci Emmanuel, pour tes idées toujours nouvelles !