Les 8 étapes indispensables pour réussir son site Internet

Les 8 étapes indispensables pour réussir son site Internet

Créer son propre site Internet n’a jamais paru aussi simple. Que ce soit avec Wix -que je vous recommande si vous le faites en autodidacte- ou avec WordPress -si vous travaillez avec un professionnel, réussir son (nouveau) site Internet passe par 8 étapes fondamentales. Celles-ci permettent d’éviter les pièges lorsqu’on se lance dans ce type d’aventure. Les voici.

 

1. Bien analyser ses besoins en amont

Au départ de toute création ou refonte de site Internet, il est important de définir :

    • la fonction principale du site : à quoi servira t-il ? (“parce que tout le monde a un site” n’est pas une bonne réponse)
    • les fonctions secondaires du site
    • quel(s) sont le(s) public(s) visés
    • quelles fonctionnalités y trouvera t-on (formulaire de contact, traduction en Anglais, don en ligne, etc.)

2. Gardez la main sur le site !

Certains prestataires de type site pas cher avec abonnement ne vous laisseront pas propriétaires du site, et vous lieront à eux pour toute évolution future de ce dernier. Il vaut mieux investir davantage au départ et être libre de changer de prestataire, disposer comme bon vous semble du code source, de vos données, et donc de faire évoluer votre site à l’avenir en toute liberté.

3. Trouvez une équipe variée de professionnels

Une fois les éléments du point 1. définis, vous en saurez davantage sur les professionnels qui peuvent réaliser votre projet convenablement. Je le répète, attention aux lowcosts attractifs avec des astérisques cachées dans tous les sens… et au travail sous-traité à l’étranger : dans quelles conditions les sous-traitants travaillent-ils ? A t-on vérifié celles-ci sur place comme le demande la législation ?

Vous discernerez donc vos besoins en fonction de votre projet : besoin d’un designer graphique, d’un développeur, d’un responsable marketing ou social médias… Pour information, des indépendants -comme votre serviteur, travaillent rarement seuls, et savent s’entourer de l’équipe adéquat. nul besoin de payer des fortunes des agences de com’ (les nombreux avantages de travailler avec des indépendants plutôt qu’avec des agences feront l’objet d’un autre article…)

4. Un budget qui croit en votre projet 😉

Créer un site dans les règles de l’art a un coût. Ne pensez pas que pour quelques centaines d’euros -pour donner un ordre d’idée bien que je n’aime pas du tout cela- vous pourriez avoir quelque chose de potable. Tous feront des efforts : vous et les professionnels engagés.

Mais pour avoir un site parfait, tant au niveau du design, des contenus, de l’organisation des informations, de la réflexion pour une bonne expérience de l’utilisateur, l’ergonomie, du référencement naturel que de la rapidité, vous devrez investir. Ce n’est pas une dépense, mais un investissement. Car votre site va vous “rapporter”, et si ce n’est pas de l’argent, ce sera une bonne image de marque, de nouveaux candidats au baptême ou au caté, etc.

Quand on me demande le prix d’un site, je réponds : “c’est comme demander le prix d’une voiture” ! Tout est possible, mais tout est fonction du budget.

5. Pensez de suite à être visible !

Dès les premières heures de la conception du site vous devez penser à être visible. J’ai déjà créé de magnifiques sites que personne n’a jamais consultés…

Ce qu’on appelle le “référencement naturel” (SEO) est à penser dès le départ : choisir judicieusement la hiérarchisation de ses pages, écrire du contenu de qualité et régulièrement (comment l’organise t-on ?), maximiser le code source… Autant de points à réfléchir. Pensez également à demander à votre concepteur ce qu’il a prévu.

6. La sécurité n’est plus une option

Plus il y a de sites créés en open-sources (comme WordPress), plus ils sont la cible d’attaques de pirates. Aucun site ne peut garantir une sécurité à 100%. Cela n’existe pas. Par contre, on peut faire le maximum pour les éviter (intéressant, non ?).

Si vous me permettez l’image d’une maison à cambrioler, c’est un peu la même chose. Je vais mettre un double verrou à l’entrée, fermer mes stores le soir, laisser une lumière allumée dans le salon… Et ainsi faire fuir les cambrioleurs chez le voisin (parce que les cambrioleurs ne s’arrêtent jamais malheureusement).

Votre site doit donc être doté d’outils de sécurité fiables, éprouvés et…mis à jour. Voilà pourquoi vous devez inclure dans votre budget la maintenance après la création du site. Celle-ci se fait souvent mensuellement, avec un forfait. Votre site doit être mis à jour, vos extensions aussi, et le tout sauvegardé sur un serveur externe. En cas de piratage, votre site pourra être remis en ligne rapidement. Dans le cas contraire, il ne restera plus rien.

J’ai le triste exemple d’un client qui a voulu économiser ce forfait de maintenance, et un mois seulement après le lancement de son site, il s’est fait pirater. Il n’avait aucune sauvegarde. Des mois de travail partis en fumée…

7. Bien définir qui fait quoi

J’ai récemment travaillé avec une équipe sur la refonte de leur site Internet, très motivée au départ (tout nouveau projet est enthousiasmant, n’est-ce pas ?). Mais les mois passants, le travail devient un marathon. On comprend que ce n’est pas à une course de sprint que l’on s’est engagés ! Pour garder la motivation, il faut que dès le départ on sache qui fait quoi. Voici une liste de tâches à répartir :

      • rédaction de contenus (blog, newsletter…)
      • création de visuels (ou rechercher des photos, et où)
      • modifier des contenus (textes ou images)
      • ajouter des contenus (de type “prochaine date”, etc.)
      • maintenance et mises à jour
      • répondre aux mails reçus du formulaire de contact

8. Comprendre ce qui se passe sur mon site !

Et oui, il se créé aujourd’hui des centaines de sites par jour. Si je ne veux pas être un numéro parmi d’autres, je dois comprendre ce que viennent faire les internautes sur mon site : d’où viennent-ils, où cliquent-ils (et ne cliquent pas !), quels mots-clés tapent-ils dans Google pour me trouver, etc.

Aujourd’hui un site interagit avec son public; il le questionne, l’attire, l’intéresse, et répond à ses questions. Nous sommes entrés dans l’ère de “la conversation”. Fini la pression, les messages publicitaires qui s’imposent… de nos jours, l’internaute décide, où, quand et comment. A nous de relever le défi !